Est-ce que l’avenir passe par les initiatives citoyennes?

On m’a demandé d’ajouter une petite touche sociale à K-ribou et je suis très heureuse de pouvoir mettre ma couleur dans ce beau projet. Dans les prochaines semaines, je vais aborder régulièrement des initiatives citoyennes qui se passent ici au Québec ou ailleurs (qui sait?) et aborder l’innovation sociale en générale.

Est-ce que l'avenir passe par les initiatives citoyennes

Tout d’abord, pour répondre au titre de l’article, est-ce que l’avenir passe par les initiatives citoyennes? Je crois sincèrement qu’elles font partie de la réponse pour un avenir qui a du sens. On est dans une ère qui cherche, malgré l’individualisme prédominant, à se collectiviser davantage. Il y a deux mouvements en ce moment: celui du passé et celui de l’avenir. Certaines personnes sentent que l’ancien modèle est démodé et ont envie de construire et d’apporter de nouvelles réponses aux problèmes. On retrouve cela beaucoup dans l’entreprenariat, mais également beaucoup dans les initiatives citoyennes.

Agriculture UrbaineUn beau projet dont j’ai envie de vous parler aujourd’hui se trouve dans ma belle région des Cantons de l’Est. Il faut bien prêcher pour sa paroisse! On parle de plus en plus d’agriculture urbaine. Tu connais? En résumé, c’est le fait de cultiver des petites parcelles de terrain en ville pour obtenir des légumes ou des fruits à proximité de chez soi. Quand on pense à l’agriculture urbaine, on pense beaucoup aux jardins communautaires ou au fait de cultiver des légumes sur son balcon. L’agriculture urbaine permet de diminuer les îlots de chaleur et de réduire la pollution liée au transport de marchandises. Ça commence à te dire quelque chose?

Plusieurs organismes à but non lucratif ont comme mission de promouvoir l’agriculture urbaine et de l’étendre à plus grande échelle. Ces organismes travaillent donc en partenariat avec des villes ou des entreprises pour transformer leurs aménagements paysagers ou leurs espaces non utilisés en beaux potagers urbains. Voici quelques organismes qui font de l’agriculture urbaine : Craque-Bitume et Les Urbainculteurs.

Le projet dont j’ai envie de vous parler est à Sherbrooke. Il est assez unique au Québec. Il s’appelle les Sherbiculteurs.
Celui-ci a débuté ses activités cette année et se classe lui aussi dans l’agriculture urbaine. Sa spécificité est de cultiver les terrains privés des gens en ville dans un objectif d’avoir une agriculture de proximité et de diminuer notre empreinte écologique. Comment ça marche? Un propriétaire offre une parcelle de son terrain (2000 pieds carrés et plus) en échange d’un beau potager. Le propriétaire a donc moins d’entretien de pelouse à faire et a droit à un panier de légumes par semaine. C’est donc un bel échange. On peut appeler ça du troc, j’imagine! Le reste de la récolte est vendu à quelques restaurants du coin.
De plus, Vincent Proulx, investigateur du projet, tient un kiosque une fois par semaine au marché de solidarité régionale.
Ce que j’aime de ce projet c’est qu’il a débuté avec les efforts et l’énergie d’une personne dans le but que celui-ci devienne un projet plus collectif en y intégrant les citoyens et les commerces. Je trouve que c’est une belle utilisation des zones inutilisées et c’est plutôt innovant!

Ville verteImaginez si on pouvait avoir assez de potagers pour devenir autosuffisant (du moins l’été!).
Todmoren, une ville en Angleterre, a réussi à être autosuffisante en trois mois seulement quand les citoyens ont décidé de faire des potagers et de se partager leurs récoltes. Un beau projet citoyen! Ça donne le goût! Que penses-tu de ces beaux projets? Ça représente l’avenir?

À propos de Annick Beauchemin

Nouvellement entrepreneure, j'aime toucher à tout. Blogueuse, coach et planificatrice de vacances au Québec, j'aime accompagner les gens dans l'atteinte de leur vie idéale au niveau personnel, professionnel et du plaisir. J'ai à coeur d'être présente pour les aider à avoir une vie plus simple et les aider à développer leur plein potentiel. Formée dans le social, j'ai un fort intérêt pour la psychologie, l'actualité, les mouvements sociaux et l'humain dans son ensemble. La culture m'allume beaucoup, surtout celle du Québec : attraits culturels, musique, film, festivals, etc. Pour moi, on a une seule vie à vivre, donc vaut mieux en profiter! Site web

Un commentaire

Laisser un commentaire